Kürbis : De la graine à la scène

February 13, 2019

Produire ses gourdes pour fabriquer ses instruments de musique, telle est l'ambition du projet Kürbis  

 

 

La gourde (Lagenaria Siceraria) également appelée calebasse est une variété de courge que l'on trouve sur tous les continents. L'homme la cultive pour des usages multiples tels que la fabrication d'ustensiles de cuisine ou bien d'instruments de musique. Kürbis est un projet qui consiste à associer un public dans la culture de gourdes pour fabriquer par la suite des instruments de musique.

 

En associant les disciplines de l'agriculture et de l'organologie ce projet se veut transversal. Il s'inscrit également dans une démarche citoyenne en invitant un public à s'impliquer dans un projet collectif.

 

 

 

 

 

 

 

Quelles sont les compétences développées ?

  • Initiation à la culture en potager sans engrais chimique ni pesticide.

  • Initiation à la lutherie rudimentaire et à l'organologie.

  • Implication du public sur une longue temporalité.

  • Vivre un projet au rythme de la nature

  • Sensibilisation à l'environnement.

 

Les différentes étapes de culture

 

  1. Tes semences et ton lieu de culture tu choisiras

    (de janvier à mars)

    Le terrain doit être propice à la culture des gourdes (suffisamment ensoleillé et de préférence à l'abris du vent). Prévoir un endroit disposant d'une grande surface (minimum 2m² par plant) ou bien offrant la possibilité aux futurs plants de pouvoir grimper. Un pergola, une rosière, un grillage, un structure en bois ou en métal préalablement fabriquée permettront aux fruits de pousser en hauteur et d'avoir de belles formes.

    Le sol doit être riche. Il peut être préparé avec des fertilisants naturels tels que le compost, et du purin d'orties.

     

    Le choix des semences est également d'une grande importance. Semer des graines récentes de variétés certifiées augmenteront les chances de réussite.

    S'il l'on désire des fruits aux formes spécifiques, il est déconseillé de planter les graines issus des fruits que l'on a soit même récolté. le fruit d'une courge s'obtient en effet par pollinisation des fleurs femelles. Lorsque qu'une fleur femelle est fécondée par le pollen d'une fleur mâle d'une autre espèce, celle ci donnera le fruit de la variété plantée mais portera des graines hybrides. La génération suivante sera donc une variété croisée.
     

  2. Dans des pots la germination tu feras

    (début avril - mai)

    La gourde aime la chaleur et c'est encore plus vrai pour la germination. La grande majorité des graines ne germeront pas en dessous de 20°c. Il est souhaitable d'avoir recours à une couveuse. Certains jardins botaniques assurent volontiers de prendre en charge cette étape.

    Plusieurs techniques de germination ont fait leur preuve. Une des techniques consiste à planter 3 graines dans un godet en papier journal rempli d'un mélange de compost et de terreau. Les graines seront orientées la pointe vers le bas. Une fois les graines levées, sélectionner la pousse la plus robuste et couper les autres (ne pas les arracher pas afin de ne pas abîmer les jeunes racines du plan sélectionné.)
     

     

     

  3. Après les dernières gelées tes plants tu repiqueras

    (mi-mai)

    Le repiquage, c'est à dire la mise en pleine terre des jeunes semis se fait lorsque les risques de gelées sont écartés. Il est possible de mettre une poignée de jeunes orties coupées au fond du trous avant de poser le semis et ce dans le but de fertiliser la terre. Ne pas hésiter à enrichir le sol avec du compost.

     

  4. Tes gourdes tu arroseras

    la gourde est gourmande en eau. Prévoir les ressources nécessaires au risque de compromettre la croissance de la plante. La consommation en eau peut être limitée en paillant le pied des plantes ce qui permet de maintenir les racines fraiches et humides. Le paillage idéal est réalisé à base de paille de lin qui permet également d'éloigner certains parasites (voir la suite !)
     

  5. Sans pesticides ni insecticides les parasites tu écarteras

    Limaces et escargots : On éloignera les indésirables en posant un bol avec de la bière à distance des plants (les limaces aiment la bière!). On protègera le plant à l'aide de coquilles d'oeufs broyés ou dans l'idéal on paillera le pied avec de la paille de lin. Enfin, on peut protéger les jeunes plants en terre à l'aide de bouteille d'eau de 5L dont le fond aura été découpé.

     

    Oïdium : Ce parasite tu ne sous-estimeras pas. Il s'agit d'un champignon lié à l'humidité et aux changements brutaux de température. Sa progression ira jusqu'à l'asphyxie de la plante et la pourriture des fruits. Si le parasite n'est pas encore trop développé, il pourra être éradiqué à l'aide d'une solution à base de bicarbonate de soude (1 cuillère à soupe par litre d'eau) et de lait. Si la plante est fortement infestée, traiter avec une solution à base de cuivre que l'on trouve en commerce. Ces solutions sont généralement tolérées et reconnues dans la cultures bio.

     

    Pucerons : Parasite qui peut ralentir la croissance et affaiblir la plante. Souvent peu visible, on détecte sa présence par la présence de fourmis sur le plants. Celles ci raffolent du miellat que produisent les pucerons et mettent généralement en place des élevages de pucerons sur les plantes dans le but de se nourrir !

    On traitera les pucerons à l'aide d'une décoction d'ail à laquelle on rajoutera une cuillère à soupe de savon noir. La décoction sera pulvérisée sur et en dessous des feuilles.
     

  6. Les fleurs tu féconderas
    Les insectes et donc les pollinisateurs étant de moins en moins nombreux, les chances de fécondité s'amoindrissent d'année en année pour certains fruits. Afin d'optimiser les chances d'obtenir des gourdes, un petit coup de pouce à la nature ne fait pas de mal...
     

     

     

  7. Tes gourdes tu récolteras

    (fin septembre, octobre)

    Le plus tard est le mieux, tant que les fruits ne connaissent pas la gelée. Temps fort du projet où les producteurs récoltent les gourdes. Les fruit arrivent à maturité lorsque le pédoncule (tige qui relie le fuit) devient liégeux et sec. On coupe alors de fruit à l'aide d'un sécateur propre en faisant bien attention à laisser le pédoncule sur le fruit. Mise en commun de la production en vue de voir quels instruments on va pouvoir fabriquer. Les fruits devront être manipulés soigneusement de manière à ne pas abîmer la peau ce qui pourrait compromettre leur séchage.

     

     

  8. Le séchage des gourdes tu surveilleras

    (Octobre - Avril)

    Les gourdes seront entreposées le temps du séchage dans un local aéré à température ambiante/frais. Retourner soigneusement les gourdes une fois par semaine de manière à ce que la surface du fruit au contact de l'endroit où il est posé ne soit pas toujours la même. À la fin de l'hiver, la gourde va progressivement virer du vert au brun châtain et perdre du poids. Soyez particulièrement vigilent aux moisissures qui arrivent à cette prériode là. Il faut les essuyer de préférence quotidiennement à l'aide d'un chiffon. Les gourdes sont totalement sèches lorsque l'on entend bien les graines en secouant le fruit, qu'elles sont sèches au touché et qu'elles ne produisent plus de moisissures.

Please reload

Recent Posts

July 7, 2019

December 18, 2018

Please reload

Stay Up-To-Date with New Posts

Search By Tags

Please reload

© 2017 Antoine Maréchal Abram